Alabanzas

• José Manuel Roldán : “De Nacar” samedi 12 avril 2014 par Alain Faucher http://www.affedis.com A l’exception de Paco de Lucia et Vicente Amigo, De Nácar est certainement la plus magnifique rumba qui ait jamais été composée. Ce morceau réunit mélodies superbes et harmonisation savante. José Manuel Roldán est un des très très grands guitaristes appartenant à la génération des années 80. Alain Faucher

Con la excepción de Paco de Lucía y Vicente Amigo, De Nácar es sin duda la más bella rumba jamás se ha hecho. Esta obra reúne bellas melodías y armonización inteligente.  José Manuel Roldán es un muy, muy grandes guitarristas pertenecientes a la generación de los años 80. Alain Faucher 

GiraldaTV-ComPuntoFlamenco  — Entrevista/Interview de José Manuel Roldán, 2011

• José Manuel Roldán : “Apasionadamente” jeudi 31 décembre 2009 par Claude Worms Flamencoweb.fr

Un CD : Pasarela CDP 4 1116 (2009)

La critique flamenca souffre régulièrement de crises d’ amnésie passagères, aggravées par les aléas de la rumeur médiatique : combien d’ artistes importants “oubliés” par leurs contemporains, et finalement reconnus tardivement (et souvent trop tard…) ? ”

Premio Nacional de Guitarra”, finaliste du “II Giraldillo del Toque” (Biennale de Séville, 1990), José Manuel Roldán (Séville, 1961) a déjà derrière lui une longue carrière internationale de concertiste (Royal Festival Hall de Londres, Albert Hall de New York, Opéra de Francfort, Opéra de Sydney, Blue Note de Tokyo…).

Il n’ en demeure pas moins inexplicablement ignoré par la critique officielle. “Apasionadamente“, son deuxième album solo de, nous offre une excellente occasion d’ éviter une nouvelle bévue de ce genre. Comme son contemporain et compatriote Manolo Franco (Séville, 1960), José Manuel Roldán ne produit pas les disques à la chaîne. Son précédent (et premier) enregistrement solo, “… de nácar” (Pasarela CDP 2 653), remonte à 1996 : un disque remarquable, passé trop inaperçu, et dont les compositions sont à notre avis d’ une qualité comparable à celle des oeuvres de Manolo Franco, ou encore de Rafael Riqueni (Séville, 1962).

Ces trois guitaristes et compositeurs perpétuent avec un égal talent, quoique avec des personnalités distinctes, la brillante tradition sévillane de la guitare flamenca.

Le style de José Manuel Roldán se situe dans la grande lignée des artistes sévillans (notamment Niño Ricardo et Pepe Mártinez, qui fut son maître – il lui a d’ ailleurs dédié une Bulería de “… de nácar”), dont il est le digne héritier : ton souvent élégiaque ou apollinien ; lignes mélodiques claires, inventives et foisonnantes, qui engendrent logiquement l’ harmonisation et le phrasé rythmique ; et capacité à composer avec un égal bonheur sur la totalité des formes du répertoire. Le programme de “Apasionadamente” peut être divisé en deux volets distincts.

Les six premières pièces suffiront au bonheur des aficionados les plus intransigeants : une Rumba, deux Bulerías, une Soleá, un Zapateado, et une Taranta. Les “palos” a compás sont presque tous traités dans une forme proche du rondo à variations classique. La trame d’ ensemble repose sur des séquences en arpèges ambivalentes, en ce qu’ elles fournissent d’ une part le soubassement rythmique et harmonique des compositions (elles remplacent souvent les compases en rasgueados, distillés avec parcimonie), et dessinent d’ autre part la plupart des thèmes mélodiques et des variations. Il en résulte une texture dense et mouvante, périodiquement dynamisée par quelques brefs traits en technique de pouce ou de picado.

Seule la Soleá échappe à cette structure. Le guitariste y revient à la traditionnelle suite de falsetas, dont l’ unité est assurée par la parenté mélodique et rythmique de leurs entames, et la variété par la diversité de traitement de leurs développements. Enfin, la Taranta est conçue comme une sorte de flux mélodique continu, dans lequel les passages par l’ accord du premier degré ne marquent pas les césures traditionnelles, mais relancent au contraire le discours musical. José Manuel Roldán approfondit ici une manière qu’ il avait déjà expérimentée pour les formes libres de “… de nacár” (la Granaína “Rejas y rosales”, et la Taranta “En la intimidad”). On appréciera enfin la parfaite adéquation de la palette harmonique à la nature de chaque forme. Les quatre dernières plages de l’ enregistrement sont des compositions libres, évoquant des univers musicaux différents, qui reflètent sans doute les goûts du compositeur.

Si la joliesse du Boléro “Aventura de amor” nous semble un peu légère, en revanche “Mr Baker”, “Pensión moderna”, et surtout “Tiempos dificiles” témoignent d’ une appropriation juste et personnelle de tournures issues (entre autres) du jazz et de la musique argentine, sur fond de dialogues instrumentaux (respectivement : guitare et saxophone ; guitare et cordes ; guitare et basse).

Nous ne saurions donc trop vous conseiller l’ acquisition, non seulement de “Apasionadamente”, mais aussi de “… de Nácar” (si ce dernier est encore disponible, les aléas de la distribution flamenca étant ce qu’ ils sont…). Claude Worms _____________________________________________

 • Presentación del disco “De Nacar”

¿Quién dijo que nunca podrían volar los hombres ¿Tal vez sus cuerpos, por sí solos, no; pero si seguro, ciertas expresiones suyas hallazgos de su talento y su porfía por alcanzar las imposibles. Andalucía. La Música. Seis cuerdas paralelas tensas afinadas y armónicas juntas y próximas a lo cubo adorable de mujer y a la resonancia honda del hueco y a lo recto vertical que es masculino: La Guitarra. El Flamenco. La herencia de rasgueos trémolos arpegios y el vértigo de esos  picados nuevos. La afición. El conocimiento. La voluntad y las ganas . El buen gusto. La perseverancia. Y el vuelo de un hombre enamorado de lo suyo.

José Manuel Roldán es el artista. Andaluz de Sevilla. Quiero decir compositor y además interprete. Pese a su juventud, profundo . Por su capacidad  brillante. Gracias a su trabajo eficaz alarife de lo bello. Clásico y vivo. Rotundo cuando el pulgar aprieta. Dulce en la descripción de la ternura. Claro de conceptos . Medido de compás . Moderno para asomarse al tiempo que nos viene, pero acordándose de los que pasó en las épocas . Tan hermosa redonda  y rutilante, su manera de trenzar, fruncir el discurso de las frases con el ritmo que galopa, ¿ que digo galopar ¿: deliciosamente vuela.

Firmado: José Luis Ortiz Nuevo, Sevilla 1996

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s